Les formes de violence

La violence verbale

La violence verbale peut se traduire par des interjections, du chantage, des ordres, des insultes et des sarcasmes.
Sans qu'un seul coup ait été physiquement porté, la violence verbale atteint son but : créer une terrible tension, maintenir un état de peur et d'insécurité.



La violence psychologique

La violence psychologique, c'est une série d'attitudes et de propos méprisants, humiliants. Dénigrer les capacités intellectuelles, reprocher d'avoir peu de talents, nier toute façon d'être, renvoyer une image d'incompétence, de nullité.
Souvent subtile, cette forme de violence est plus difficile à identifier. Elle détériore progressivement notre confiance et notre estime de soi.

Ex : «T'es pas capable d'élever tes enfants comme de l'allure», «Regarde de quoi t'as l'air, comment veux-tu que quelqu'un s'intéresse à toi?»



La violence sexuelle

Être forcée d'avoir des relations sexuelles avec lui (elle) ou avec d'autres personnes. Pendant les rapports sexuels, il (elle) l'attache, lui mord les seins, la traite de putain, salope, etc., il (elle) l'oblige à regarder du matériel pornographique, il (elle) la prend de force.

Ex : «T'es juste une putain, une vraie chatte en chaleur», «Chaque fois que je refusais de faire l'amour, il (elle) ne me parlait plus pendant trois jours».



La violence économique

La violence économique se produit lorsque le partenaire défend à la femme de travailler, ou au contraire l'oblige à travailler au-delà de ses forces, lorsqu'il exerce un contrôle sur son choix de travail, lorsqu'il pose entraves sur le plan des études, ou encore lorsqu'il tient la femme dans l'ignorance du revenu familial.

Ex : «Il (elle) fait des emprunts sans m'en parler», «Lui (Elle), il (elle) dépense sans limites, pour son camion et sa pêche, tandis que moi, à la moindre dépense, il (elle) trouve toujours que cela coûte trop cher, même pour l'épicerie».



La violence physique

Quand sa compagne manifeste encore trop d'indépendance à son goût, quand il (elle) n'a pas réussi à contrôler tous les comportements de celle-ci. Brutalité, contrainte physique, gifle, faire mine d'étrangler, coup de poing au visage et aux seins, coup de pied. Pendant ce temps-là, il (elle) ne laisse pas de côté ses menaces verbales et humiliations.

Ex : «Il (elle) m'a balancé en bas des escaliers», «Le pire, c'est quand il (elle) m'a craché au visage».





Source: La violence conjugale… c'est quoi au juste?, 58 pages, Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale.